Critique de films: Up to Speed, Race For The Nose (Reel Rock 13)

Cet article fait partie d’une série de résumés/critiques des films présentés lors du Reel Rock 13. Aujourd’hui je vous présente deux films tournant autour de l’escalade de vitesse. Attention, spoilers!

Up to Speed

Ce brève chapitre teinté d’humour, filmé dans un style bien américain, met l’escalade de vitesse à l’honneur. On y découvre premièrement qu’il s’agit d’un réel exploit sportif, et là, en ce qui me concerne, pas de surprise ! J’ai eu occasion d’assurer l’actuel champion du monde à l’entrainement, et je peux vous dire que faire passer 15 mètres de corde dans un grigri fixé au sol, en environs 6 secondes, est une déjà une petite performance physique. Alors être de l’autre côté de la corde et faire ces mêmes 15 mètres en 6’’ à la verticale c’est vraiment une prouesse  qui n’a rien à envier aux 100 mètres en moins de 10’’ : respect, et silence !CW-5KvdA

Si la perspective historique sur la discipline m’a semblé un peu trop americano-centrée et expéditive, le film est réellement informatif quand il esquisse le milieu actuel des compétitions de vitesse. On y devine une diversité vitale, rafraîchissante et notamment des pays, des physiques ou des stéréotypes socio-culturels assez éloignés de nos habitudes de grimpeurs français.

Il faut l’admettre : même si l’escalade évolue, sociologiquement parlant on pratique toujours un sport surpeuplé par des occidentaux blancs, fils de la bourgeoisie, ayant un « capital culturel » aussi important que leur temps libre, attentifs à la provenance de leur nourriture et à l’environnement (au moins dans les mots). On constitue un milieu relativement auto-référentiel et régi par certains clichés communicatifs : on se doit d’euphémiser ses tensions compétitives, de cultiver une certaine discrétion, d’afficher son approche à l’escalade comme recherche intérieure, presque spirituelle. Tout en participant au moins en partie à ces clichés, je reconnais le besoin d’introduire une part de variété, de nouveauté, sans quoi notre petit monde finira, je crains, par se vriller sur lui même tel un cade du Verdon.

aaaTB8L5

Alors, moi je trouve ça hilarant, vital et très positif qu’une discipline de l’escalade de compétition ait pour recordman un mâle alpha iranien avec des masses musculaires dignes d’un Mr Olympia, qui saute sur le podiums des deux pieds et s’habille de chaines; je trouve ça bien que l’une des équipes féminines les plus fortes vient d’Asie du sud-est, pratique en voile et manches longues; je comprends que quand on est gamin en Sibérie et on pratique par -20 °C, sans discuter, le sport que nos parents ont choisi d’autorité pour nous durcir l’esprit et nous développer physiquement, on fait de l’escalade de vitesse: le bloc c’est un peu trop ludique!

En résumant: contrairement au narrateur du film je ne vais pas me mettre à la vitesse demain ni le sur-lendemain, mais je remercie le réalisateur de ce regard frais sur une discipline méconnue, que beaucoup d’entre nous discréditent à tort en hochant des épaules !

Race for The Nose

On nous remontre ici un film déjà présenté lors du Reel Rock 6, tournant autour de la rivalité entre le tristement disparu Dean Potter et Hans Florine pour le récord de vitesse du Nose, la ligne mythique d’El Capitan au Yosemite.

Au delà de l’exploit sportif et de la grande prise de risque nécessaire pour limer le chrono, j’ai trouvé particulièrement intéressante la dimension psychologique de l’histoire. Les deux rivaux ont en effet une approche diamétralement opposée à leur défi.

zkz2LdAN

D’une part on a  Hans Florine (qu’on a déjà connu dans up to speed, en qualité de pionnier des compétitions de vitesse aux US). Hans a l’air d’un père de famille ordinaire, exception faite pour son obsession : détenir le record de vitesse du Nose. Il assume pleinement et sereinement cette envie, et les sentiments compétitifs qui vont avec : si quelqu’un améliore son record, il court aussitôt entrainement, sourire aux oreilles. On le voit en même temps déçu de ne plus être le recordman, rongé par l’envie de battre l’autre et amusé par la course. Quelque part au fond de lui, il pourrait même remercier ses rivaux de lui donner une autre occasion de remettre ça…

On ne peut pas plus différent, Dean Potter est un grimpeur et base jumper professionnel, dirtbag et artiste. Il rentre dans la course au record un peu par jeu, et s’y prend rapidement. Mais chez Dean, l’histoire n’est pas aussi simple que chez Hans : son identité, image publique et références culturelles lui empêchent d’assumer sereinement ses sentiments compétitifs. Potter sait que l’envie de dépasser l’autre fait partie de la nature humaine, mais il s’agit pour lui d’une partie qu’il faut en permanence modérer, qu’on devrait supprimer si seulement cela nous était possible. Rongé par ces contradictions internes, et forcé de s’éloigner des US suite à l’affaire Delicate Arch, Dean met de côté la course pendant des années…pour finalement y revenir en 2012, à 39 ans, pour voir si j’y arrive encore. Malgré un erreur de débutant lors d’une remontée au jumar, ayant couté quelques minutes, Potter et son ami améliorent de record de justesse. Et Hans, brûlant de jalousie, se précipite à l’entrainement…

Laisser un commentaire