fissure

Black Diamond Crack Gloves : prise en main

Je viens d’acheter une paire des nouveaux gants de fissure Black Diamond, à la construction vraiment innovante et différente des autres produits sur le marché, et je vous en livre quelques impressions à chaud, après avoir joué un peu à la poutre-à-fissures

20200508_124619

Un gant tout en finesse

La première caractéristique qui saute aux yeux est l’extrême finesse de l’ensemble. Ces gants sont plus fins que certains strappages, et conviendront à ceux qui aiment « sentir » les verrous et/ou qui grimpent sur des rochers au grain fin et régulier. En tant que moniteur, ils me semblent plus pédagogiques que des gants épais, et si suffisamment durables je vais les conseiller à mes élèves lors des stages d’escalade trad que j’encadre souvent à Annot.

Cependant la gomme reste étonnamment rigide pour son épaisseur, et devrait fournir un peu de protection. 20200508_124608

Construction étonnante des doigts

Mais pourquoi personne n’y avait pensé avant, on a envie de dire! La construction des doigts et du pouce sont les vrais coups de génie de ce produit. D’une part, ça laisse le dos du gant bien « plaqué » contre le haut de la main en toute circonstance, particulièrement quand la main est « aplat », ce qui rend le gant plus précis en « main étroite ». De l’autre, la construction du pouce protège un endroit stratégique que les autres produits sur le marché laissent souvent découvert. Sur ces points, ce gant me semble une réelle avancée par rapport à l’existant.

Des tailles correctes, sauf détente dans le temps?

Pour choisir ma taille j’ai fait confiance au tableau de tailles BD et je suis satisfait pour l’instant – il reste à voir combien ces gants se détendent dans le temps.

Évidemment, la perfection n’est pas de ce monde et il y a des points à améliorer…

Une matière trop élastique?

L’élasticité des parties non-gommées me laisse sceptique, en particulier autour du poignet. Je pense qu’un ensemble plus rigide pourrait donner un ressenti plus « solide » quand on est vraiment pendu par ses verrous, en fort devers

Une fermeture qui semble fragile

La fente où on passe le velcro apparait rapidement comme le point faible de l’ensemble et pourrait mettre à mal la durabilité de ce produit. Deux problèmes me semblent évidents:

  • du moins pour ma main, la fente n’est pas coupée au bon angle, du coup elle est sollicitée de façon asymétrique (voir photo).
  • BD a prévu un renfort « laminé » entre les différentes couches de matériel mais hélas, la colle qui solidifie ce laminage est trop faible…les trois couches ont commencé à se désolidariser en seulement quelques minutes d’utilisation! Il me semble étonnant que ce détail soit échappé en phase de développement du produit, alors que l’ensemble est par ailleurs très bien conçu, et que le reste du système de fermeture semble assez durable…

20200508_134229

Verdict dans un mois?

J’espère pouvoir rapidement emmener ce gant sur les fissures chamoniardes, afin de vous faire un retour terrain complet, et de voir s’ils tiennent dans le temps 😉

 

Tutoriel : Le Verrou de Main.

Je profite de l’ouverture d’une voie dans le gros dévers de MurMur Pantin pour donner quelques conseils de base concernant cette technique – en effet dans la rouge de gauche il vous sera utile, à deux reprises, de savoir  verrouiller la main entre deux volumes …

Technique de base :

  1. rentrer la main dans la fissure, en la gardant la plus plate et « fine » possible, le pouce bien ouvert sur le coté
  2. essayer de donner à la main une forme de « cuillère », jusqu’à ressentir que le dos de la main, la pulpe des doigts et les parties charnues de la paume exercent une pression opposée contre les deux parois de la fissure. C’est cette pression qui génère le verrouillage, mais il ne faut pas exagérer tout de suite.
  3. tirer vers le bas et en même temps exercer une action de verrouillage plus vigoureuse. Les actions de « mise en tension » et de « forçage » du verrou doivent se synchroniser (plus on tire, plus on force), un peu comme si la main s’était transformée en camalot jaune :p.

 

Trucs et astuces :

  • quand on commence à tirer vers le bas, la peau du dos de la main, assez élastique, se déplace de quelques millimètres autour des chairs, on le voit bien dans la vidéo qui accompagne cet article.. Cette «mise en tension de la peau » est une sensation étrange au début, il ne faut pas l’interpréter comme un signe que votre verrou ne tient pas !
  • Si les surfaces de la fissure sont plates et régulières, et sa taille correspond bien à votre main, la douleur (éventuelle) de cette technique devrait se limiter à la peau du dos de la main…Si vous avez mal ailleurs, c’est que vous forcez trop, ou dans le mauvais sens.
  • Pour quelques verrous occasionnels, le strappage n’est pas nécessaire, du moins tant qu’on a de la peau !
  • Surtout si on débute, le strappage ne devrait pas être trop épais. D’une part car la sensation accélère l’apprentissage, e de l’autre, enrober la main dans une couche épaisse n’empêche pas d’avoir mal à cause d’une mauvaise technique!

Merci à Mickael Bué pour la vidéo