nouvelle voie

Burne Out, nouvelle voie Catsoyannis© au Verdon

40619886_10215172293494413_5046926128619454464_o

Ci-dessous quelques (!) images de Burne out, nouvelle grande voie ouverte par Lionel et Marie-Line Catsoyannis avec l’aide de Perrine Merle. Grace à la générosité de Lionel j’ai pu faire la première à vue, en deux visites : d’abord en août 2018, à voie encore en chantier, pour la grotte, et ensuite en février 2019 (brrr..) pour la partie « extérieure », qu’on a attaqué avec Marie-Line alors que Yo posait les points de la dernière longueur et nettoyait l’avant dernière !!! Il s’agit d’une proposition très ludique, variée et inusuelle, idéale pour l’été et les périodes sèches. En considérant la localisation, la saison idéale et le niveau la voie me semble parfaite comme « jour de repos actif » pour ceux qui font des longs séjours à la Ramirole (c’est pas loin).

Au menu un départ presque spéléo dans une grotte, une longueur délirante et très « 3D » dans un plafond à grosses stalactites, un boyau Catsoyannis©, du tractage de trous en devers, de la traversée aérienne et pour terminer un bon mur bien verdonnesque sur petits bidoigts fuyants. Encore une voie best-seller?

Quelques considérations :

-ce n’est pas du haut niveau et c’est très bien équipé à l’instar des autres voies du même ouvreur (Alix, Tandem, Moralanemia pour n’en citer que 3)…MAIS les trois longueurs dans le 7 ont des styles totalement différents, la plus physique est au début alors que la plus dure et obligatoire est la dernière, et la retraite est difficile voire impossible après L5. Traduction: on en profitera avec moins de stress si un est un peu à l’aise dans le niveau.

-la longueur du plafond (incotable, pour être honnête) est aussi belle que délicate : les stalactites peuvent être fragiles si mouillées et en cas de vol il faut pouvoir remonter avec des bloqueurs ou en marchant sur la corde. En effet, entre le tirage et la position de l’assureur, il sera bien difficile de « pomper » comme on fait en couenne…Enfin quand on grimpe cette longueur on est sans doute rassurés en utilisant une corde à double, pour se protéger des frottements et d’éventuelles casses de stalactite (à bon entendeur). (pour rappel: si vous utilisez une corde « triple norme » de 80-100 m pour les couennes, vous pouvez vous y encorder au milieu, et ça fait une corde à double lourde mais tout à fait valable!)

-Comme le reste de la voie (sans le plafond) n’est absolument pas sans intérêt, en cas de doute (grotte humide, manque de matos de remontée, ça vous angoisse) il vaut mieux éviter cette longueur en passant directement de R1 à R3 (longueur de marche dans la glaise et court passage de III, non protégée, en pointillé dans le croquis. Chute interdite mais c’est facile…si des répétiteurs veulent mettre un spit au tamponnoir l’ouvreur semble d’accord ;)) .

-grotte toujours à l’ombre, le reste le sera vers 13h en heure d’été.

Localisation

rive gauche des gorges du Verdon, sur l’Artuby, Se garer au pont.

Lien google maps avec vue sur la voie

Approche

tout d’abord, assurez-vous que l’Artuby soit totalement sec (cas normal en été), en regardant depuis le pont ! Du pont, rive droite de l’Artuby (ou coté sud-est, si vous préférez), prendre un chemin bien tracé qui suit plus ou moins le bord de la falaise, vers l’amont de la rivière (=direction sud). Assez rapidement vous allez rejoindre le chemin de remontée des clients du saut à l’élastique, que vous allez utiliser pour descendre dans la gorge : nombreux marquages et cordes fixes. Une fois dans le lit de la rivière, à l’aplomb du pont, poursuivre en aval jusqu’à voir une énorme baume sur sa gauche. Burne Out part sur le pilier gauche de la grotte.

Il existe une approche alternative par un canyon sec juste en face de la voie (rive opposée de l’Artuby, bien visible dans le lien google maps en début d’article), qui permet d’y aller quand l’Artuby présente des flaques d’eau (surtout ne pas y aller quand la rivière coule fort ! risque de rester coincés au fond de la gorge comme des cons…). Mise en garde : d’une part cette approche est qualifiable de « terrain d’aventure » en raison de l’absence de vrai chemin pour descendre au canyon, ainsi que d’un équipement hétéroclite. De l’autre, s’il reste de l’eau dans l’Artuby la grotte sera probablement mouillée et il faudra éviter le plafond, on vous prévient… en période sèche ce canyon sec reste une alternative rigolotte si vous aimez ce genre de terrain. Nombreux rappels, de 30m max si on ne saute pas des relais.

Retour

rejoindre la route au mieux (ronces, petites barres rocheuses), ensuite marcher 2min jusqu’à la voiture.