Équipement des falaises: Tout béton ?

slipbouse4

Béton?

 

Suite à un incident heureusement anodin en falaise*, et à, j’ai décidé d’écrire un petit article au sujet de la qualité de l’équipement que nous rencontrons en falaise.

Mon objectif n’est pas de faire une liste complète des cas de figure possibles, le sujet étant potentiellement très vaste, mais plutôt de stimuler à la réflexion, sans faire du terrorisme.

Je vais commencer essayer de définir ce qui est, en théorie, un bon ancrage :

 

  • L’ancrage devrait être placé sur du rocher sain, c’est-à-dire solidaire à la « masse » de la falaise, et suffisamment loin des faiblesses du rocher (fissures, bords d’arête, trous). Pour « suffisamment loin », pensez, en ordre de grandeur, 10 fois le diamètre du trou, donc « au moins » 10 cm (le trou ayant un diamètre de 10 à 14 mm selon le type d’équipement).  Petit rappel concernant le rocher : les coulées et concrétions de calcite, telles que colonnettes et autres draperies, ne sont pas forcément « solidaires au reste de la falaise »

 

  • L’ancrage devrait etre placé de façon à ne pas générer des contraintes particulières sur le mousqueton qui y est placé. Le mousqueton ne doit pas pouvoir se retrouver en « bras de levier » contre une arête, et il doit tourner librement.  Il est évident que la forme du mousqueton, sa taille et le sens du mousquetonnage de celui-ci auront leur importance dans certains cas.

    image013

    ancrage qui cumule les facteurs critiques: trop proche du bord du rocher, le rocher sur lequel il est posé semblerait fracturé, le mousqueton peut faire bras de levier contre le bord du toit

 

La pose de l’ancrage doit aussi respecter certaines règles techniques, qui sont propres au type d’équipement.

 

  • Pour les ancrages mécaniques, tels que spits ou goujons :
    • La longueur et le diamètre du goujon dovent être suffisants par rapport au type de rocher. Un rocher particulièrement tendre demande des « gros » ancrages.
    • Le trou doit être perpendiculaire à la surface du rocher

      Gare-Ovest-basso-3

      Tige filetée qui sort beaucoup trop de l’écrou…l’expansion travaille-t-elle correctement???

    • Le point doit être serré avec la bonne force (ni beaucoup plus, ni beaucoup moins) et l’expansion doit avoir « pris » dans le rocher. C’est une caractéristique facile à évaluer visuellement : une plaquette qui tourne sans raison apparente, une tige filetée qui sort « beaucoup » de l’écrou, ou pas du tout, sont trois signes suspectes. Pour ce qui concerne les plaquettes qui tournent, pas de stress si le point est en début/fin de traversée, et aussi si elles sont équipée de dégaines à demeure et exposées à des forts vents: il est normale que ces plaquettes se desserrent…
  • Pour les ancrages chimiques (broches collées)
    • Broches-bis1-300x200

      quelques exemples de « bis ». La 1ère génération n’a pas de rainures permettant un bon collage…

      La broche doit avoir une surface ce contact avec la colle rugueuse/rainurée. Pas de souci dans la presque totalité des cas récents, dans les équipements plus vieux par contre il faut faire attention aux « bis » (broches de construction artisanale en forme de U)

    • La broche doit être placée avec un léger angle
      image023

      Pose correcte d’une broche: le début de l’œillet est logé dans le trou, pour éviter les sollicitations en torsion

      « vers le bas » par rapport au rocher, et une petite partie de l’œillet doit être enfoncée dans le début du trou. Si l’œillet sort complétement, le collage est potentiellement sujet à des contraintes en torsion, auxquelles il ne résiste pas très bien…

      image034

      broche mal posée: l’œillet est complétement sorti du rocher, il n’y a pas d’encoche permettant de limiter les sollicitation en torsion.

    • L’opération de collage doit avoir été faite dans les règles de l’art. Pas de moyen visuel de le savoir, sauf si le collage a complétement foiré : dans ce cas la broche va tourner dans le trou, voir carrément sortir à la main…
  • Le point ne doit pas être (trop) attaqué par la corrosion…En général c’est assez facile à évaluer, sauf en milieu marin (exposition aux embruns, même portés par le vent). Dans ce dernier cas, certains types de corrosion sur certains alliages peuvent ne pas se signaler facilement à l’œil, le métal étant « rongé de l’intérieur ». A posteriori, par contre, il est possible d’estimer une durée de vie moyenne selon la localité et le type de métal utilisé. En ce sens, la meilleure chose à faire est sans doute de se renseigner autant que possible auprès des grimpeurs, équipeurs et éventuelles instance féderales ou associatives de la zone.

    pointdemerde

    Tige qui sort de façon suspecte, maillon rapide rouillé…BETON!

 

 

QUE FAIRE SI UN POINT ME SEMBLE MAUVAIS?

En cas de doute, on pourra chercher de savoir si un certain ancrage qui nous parait douteux est souvent sollicité (est que ça tient régulièrement des vols, sans poser de soucis ?)

Encore mieux, on peut se demander ce qu’il se passerait si l’ancrage venait à lâcher. Parfois les conséquences seront dramatiques, mais dans d’autres cas, on ne risque qu’un vol plus long que d’habitude, mais sans conséquences (dans le vide).

Mais aussi : accepterait-on de grimper la voie, si cet ancrage douteux n’existait pas ?(c’est peut être suffisamment facile pour que nous soyons surs de ne pas tomber…)

Pouvez-vous désescalader ? En grande voie, avez-vous la possibilité de rajouter un petit nut, une lunule ? (Au passage: quand vous n’avez pas d’informations fiables sur le bon état de l’équipement d’une grande voie, trois nuts et deux sangles en plus ne pèsent pas lourd…)

(etc…)

 

*J’ai été témoin du profond désarroi d’une grimpeuse face à une broche mal collée. Même si elle avait tous les moyens de gérer raisonnablement la situation (ce qu’elle a fini par faire), la possibilité qu’un ancrage soit fautif était pour elle une nouveauté totale et terrifiante : elle a bien failli se mettre dans un état de panique presque plus dangereux que le mauvais collage…

 

Remerciements à Marco Pukli, équipéur très actif à Finale Ligure, qui a fourni une grande partie des photos utilisées en cet article. http://www.pukli.it/EXTRA/0.htm

Laisser un commentaire